« Dans l’honnêteté mordante du sel, la mer révèle ses secrets à ceux qui savent écouter » .    Sandra Benitez.

« Mettre son grain de sel », « cheveux poivre et sel », ou bien encore « jeter du sel par-dessus son épaule gauche » pour conjurer le mauvais sort… Entre expressions, rites et coutumes à travers le monde, le sel n’en finit pas de faire parler de lui ! Et notamment sur l’île de Ré !  Le sel et l’île de Ré, c’est une longue histoire d’amour, de traditions et d’un savoir-faire ancestral.

Le sel et l’île de Ré, la richesse d’un patrimoine ancré

Si vous séjournez prochainement sur l’île de Ré, vous le verrez rapidement, les marais salants font partie de la vie des rétais et cela dure depuis des millénaires. Les premiers marais salants de l’île de Ré dateraient du XVè siècle. Pendant le Moyen-Âge, le sel d’abord utilisé comme impôt par la royauté, « la gabelle du sel », est devenu rapidement une véritable monnaie d’échange à travers le monde. Le sel était alors l’activité la plus importante des côtes vendéennes et l’activité principale de l’île de Ré. La saliculture a fait vivre plus du tiers des rétais. Ceux qui n’étaient pas sauniers, vivaient alors du transport du sel ou de son commerce ! Mais l’arrivée du transport ferroviaire et de la révolution industrielle va profondément bouleverser l’économie du sel qui va chuter lourdement. Les 316 sauniers de l’âge d’or, ne sont plus que 48 seulement en 1944.

Le sel de l'ile de ré-une histoire de famille depuis la nuit des temps - Les Fillattes - Maison d'hôtes Ile de Ré

Fort heureusement, depuis les années 1990,  la saliculture renaît de ses cendres grâce au courage des quelques sauniers restant encore, qui ne veulent pas perdre ce savoir-faire ancestral. Un véritable programme de réhabilitation est alors lancé, soutenu par la communauté de commune de l’ïle de Ré, afin de perpétuer des traditions et un patrimoine si riche au cœur des rétais. C’est ainsi que les anciens forment les jeunes qui reprennent le flambeau !

Aujourd’hui, ce sont quelques 400 hectares de marais salants qui sont cultivés à la main, par environ 90 sauniers sur l’île de Ré. 90 sauniers, passionnés, qui ont à cœur de sauvegarder le patrimoine de leur île, mais aussi de vous faire découvrir leur savoir-faire ancestral si durement préservé. Et en tant que saunière, croyez-moi, je pourrai vous en parler pendant des heures !

Le sel de l’île de Ré, l’or blanc sacré

Le sel de l’île de Ré est aujourd’hui reconnu et renommé pour sa qualité incontestable ! C’est un sel 100% naturel et authentique. Il n’est ni raffiné, ni traité, ni lavé ! Il a la particularité d’être riche en magnésium et minéraux importants pour notre corps.

Gros sel, sel fin ou fleur de sel, il y en a pour tous les gouts bien sûr ! Mais c’est la fleur de sel, si délicate et si pure, qui fait réellement la renommée de l’île de Ré. Récoltée à la main, à la surface de l’eau, selon un savoir-faire traditionnel, la fleur de sel met admirablement bien en valeur vos plats les plus fins et les plus délicats. Elle est présente sur les plus grandes tables du monde et agrémente subtilement les meilleures gastronomies du monde.

Alors si vous quitter l’île avec un seul souvenir, optez pour la fleur de sel, vous vous en souviendrez 😉 Et en tant que saunière, je pourrai vous proposer bien sûr, ma fleur de sel Les Fillattes, venant de mon marais familial.

Enfin, vous trouverez sur l’île de nombreux marais à visiter et notamment l’écomusée du marais salants de Loix qui retrace l’histoire des marais, de la saliculture et des techniques ancestrales encore utilisées aujourd’hui.

Le saliez-vous ?

Le sel de l’île de Ré et d’ailleurs, est un produit considéré comme sacré dans toutes les civilisations ou presque.  Voici quelques exemples des rites et coutumes à travers le monde :

Au Japon, on répand du sel sur le seuil de sa maison après le départ d’une personne peu appréciée.

En Scandinavie, on se protège des mauvais esprits en se saupoudrant une pincée de sel.

En Charente, on plaçait un grain de sel entre les cornes des vaches qui étaient conduite à la foire pour les protéger.

En Afrique, on jette du sel sur les brasiers pour provoquer la pluie, alors qu’en Armagnac, le sel jeté protège des orages…

Et il y a de nombreux autres exemples encore…

Symbole par excellence du paradoxe, ces petits grains d’or blanc sont à la fois symbole de vie et de mort.  En effet, le sel dessèche, détruit les mauvaises herbes … Mais le sel est aussi indispensable à la vie, il conserve les aliments et serait également symbole de l’hospitalité et de l’amitié ! Vous comprenez mieux pourquoi, en tant que saunière, je vous accueille avec plaisir dans ma maison d’hôtes ! Tout s’explique 😉